COMMUNIQUÉS

14 janvier 2021 | Sentier Chapelle Robert

Le dimanche 3 janvier dernier, lors d’une promenade, Thierry Bennert (Arborescence) a observé qu’un gros arbre était tombé en travers du sentier Chapelle Robert, dans la partie reliant les avenues Kennedy et Amélie/Bois La Haut. Des câbles électriques étaient couchés tendus sur le sol le long de la clôture. Il a prévenu immédiatement la commune de Rixensart et a demandé si ORES avait été prévenu. 

La commune de Rixensart est intervenue et a informé Thierry Bennert qu’ « après plusieurs échanges avec ORES, nous avons décidé de fermer provisoirement le sentier pour des questions de sécurité. Vu l’impossibilité d’accéder au sentier avec un camion, un dossier est en cours pour la mise en souterrain des installations électriques ». 

Selon nos informations, ORES enterrera les câbles d’alimentation et la commune proposera au Collège d’installer sur ce sentier un éclairage adéquat. Le sentier ne devrait pas rester fermé trop longtemps.

3 janvier 2021 © Thierry Bennert

23 décembre 2020 | Rixensart renforce la protection de ses arbres (2)

Les échevins de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement ont commenté dans le Rixensart Info n° 305 le nouveau règlement communal sur l’abattage des arbres et haies. Ce dernier renforce la préservation du réseau écologique à Rixensart. 

Conformément à l’article 6 du règlement, nul ne peut sans autorisation préalable écrite délivrée par le Collège communal « abattre des arbres, dont la circonférence du tronc mesurée à 1,50 mètres du sol atteint au minimum 60 centimètres, et arbres têtards isolés, groupés ou alignés ».

C’est donc une bonne nouvelle pour les 211 adhérents d’ARBORESCENCE et pour tous ceux qui aiment la nature et oeuvrent pour une protection accrue des arbres et haies (voir notre article du 28 novembre 2020).

Eric de Séjournet, Thierry Bennert et Berna de Wilde d’Estmael
Cofondateurs

+ d’infos > cliquez ici.


28 novembre 2020 | Rixensart renforce la protection de ses arbres (1)

La vitesse supérieure a été enclenchée. La commune de Rixensart se dote d’un règlement visant la protection des arbres, haies et espaces verts.

Une nécessité pour faire face à l’accélération de l’abattage d’arbres, observée depuis 2017 et dénoncée par des Rixensartois, des associations environnementales et ARBORESCENCE. Une mesure conservatoire en attendant que la Wallonie complète ses dispositions, moins restrictives en la matière (1).

L’argumentaire développé pour se doter d’un règlement visant la protection des arbres, haies et espaces vert est clair et précis dans l’énoncé (2), considérant notamment … :

– les nombreuses fonctions que remplissent les arbres et les haies, notamment protection des intempéries, brise-vent, limitation de l’érosion, régulation du régime hydrique, création de biotopes, délimitation parcellaire, production de fruits, création de paysage rural et urbain;
– certaines espèces animales qui sont très dépendantes de ce milieu;
– que les arbres et haies sont garants d’une grande diversité biologique;
– de façon plus générale, que le réseau écologique joue un rôle essentiel pour le maintien de la diversité biologique et des paysages sur l’ensemble du territoire; 
– lorsqu’il est nécessaire, d’abattre des arbres ou des haies ou lorsqu’il est nécessaire, de modifier des éléments du réseau écologique, il convient éventuellement de veiller à les remplacer afin de maintenir les fonctions qu’ils remplissent (3).

Interpellée lors du dernier conseil communal au sujet du règlement d’abattage adopté à l’unanimité le 30 juin 2020, l’Echevine de l’Environnement a expliqué que « la commune avait été informée le 11 octobre dernier de l’avis d’approbation » de la tutelle, que ce dernier avait été « affiché le 29 octobre » et est « entré en vigueur le 1er novembre 2020 », mais « qu’il n’avait pas encore fait l’objet d’une communication ».

La primauté de la diffusion de l’information revient aux auteurs du « Règlement communal sur la conservation de la nature / Abattage, protection des arbres et des haies et préservation du réseau écologique ». Sa diffusion est annoncée notamment via le bulletin communal. ARBORESCENCE l’éditera également sur son site.

Eric de SÉJOURNET, Thierry BENNERT et Berna de WILDE d’ESTMAEL
Cofondateurs


(1) Code du Développement territorial (CoDT) du 1er juin 2017
(2) Conseil communal du 30 juin 2020 : ordre du jour 20, partie Juridique – Règlement général de police
(3) Autres principales considérations :
– les autorités communales ont le droit d’édicter des mesures complémentaires en matière de conservation de la nature (cfr. article 58quinquiesde la loi du 12 juillet 1973 sur la conservation de la nature, telle que modifiée par le décret du 6 avril 1995)
– « Nul ne peut sans permis préalable, écrit et exprès du Collège Communal : supprimer ou réduire des espaces verts, jardins ou parcs affectés à la végétation (…); abattre, détruire ou endommager des arbres[#l], arbustes ou haies, isolés, groupés ou en alignement, ni modifier leur structure, ni accomplir des actes pouvant provoquer la disparition prématurée de ceux-ci » (cfr. règlement communal d’urbanisme, approuvé par arrêté ministériel en date du 28 février 2011). Toutefois, suite à l’entrée en vigueur le 1er juin 2017 du CoDT, le ‘Règlement communal d’urbanisme’ est devenu le ‘Guide communal d’urbanisme’ et a perdu sa valeur réglementaire.
– Via le Programme stratégique transversal (PST), la commune a exprimé sa volonté
1. d’être une commune au cadre de vie agréable et durable qui bénéficie d’un urbanisme de qualité où l’on circule en toute sécurité selon un ensemble varié de mode de déplacement » (cfr. objectif stratégique 9 du PST)
2. de « développer les espaces verts » (cfr. objectif opérationnel 5 du PST)
3. d’« assurer la gestion proactive des bois et des arbres » (cfr. action 3 de l’objectif opérationnel 5 du PST)
– « Le développement territorial de Rixensart se doit d’être durable, d’anticiper l’avenir et les changements du cadre de vie. Le cadre de vie englobe à la fois l’environnement physique et humain; il est essentiel de tendre vers un équilibre harmonieux entre toutes ses composantes. Elle doit rester une commune verdoyante et aérée (…). En ce qui concerne l’environnement physique, il faut que la commune garde son caractère aéré et vert, … » (cfr. option 1.1 du schéma de développement communal, adopté définitivement par le Conseil communal en séance du 23 juin 2010)
– « Le patrimoine végétal de la commune, qu’il soit public ou privé, doit faire l’objet d’une gestion visant à l’améliorer et à lui permettre en tout cas de retrouver une structure d’âge équilibrée. » (cfr option 5.1 du Schéma de développement communal)
– « En ce qui concerne les espaces verts, la politique est de les préserver là où c’est encore possible. La protection des zones vertes de la vallée de la Lasne est déjà en partie assurée par son classement en zone « Natura 2000 » et il conviendra d’appliquer toutes les mesures de protection et de restauration qui s’imposent pour ce type de zones. Certains paysages caractéristiques devraient pouvoir être préservés dans leur état actuel. La valorisation de la vallée à des fins de tourisme et de loisirs sera conditionnée aux impératifs de préservation du milieu naturel. » (cfr. option 5.2 du Schéma de développement communal).


16 avril 2020 | www.arborescencerixensart.wordpress.com

A partir du 16 avril 2020, Arborescence quitte l’adresse Internet « www.arborescencerixensart.com » et migre vers le nom de domaine gratuit « www.arborescencerixensart.wordpress.com ». Cette nouvelle adresse correspond parfaitement aux besoins éditoriaux de notre association et tient compte de tous types d’écrans (ordinateur, tablette, smartphone). La gratuité de l’hébergement sur ‘wordpress.com’ est toutefois compensée par un message publicitaire imposé par WordPress et qui peut apparaître aléatoirement au bas d’une notice éditée par Arborescence. Merci pour votre fidélité.


14 novembre 2019 | Arbre remarquable ou arbre classé : autant savoir

Arbres planche

La Wallonie compte près de 25.000 Arbres Remarquables (AR), mais seuls une cinquantaine d’entre eux sont classés. 

Sont considérés comme AR ceux répertoriés sur la liste des Arbres Remarquables arrêtée par le Gouvernement wallon (1). Depuis le 1er juin 2017, le Code de Développement Territorial (2) étend la protection des Arbres Remarquables aux arbres à haute tige dont le tronc mesuré à 150 cm du sol présente une circonférence de minimum 150 cm, pour autant qu’ils soient visibles entièrement depuis un point de l’espace public(3).

Sur le territoire de Rixensart, ARBORESCENCE a identifié 18 nouveaux sites qui correspondent à la définition donnée par le législateur wallon. Le Tilleul de l’avenue de la Gare n° 1 (Hôtel de l’Yser) en fait partie (4). Il présente un ou plusieurs de ces critères (5), qui lui octroient un statut de protection. Pour l’abattre, l’élaguer ou modifier sa silhouette, il faut un permis d’urbanisme. Qu’il soit sur un domaine public ou privé, le Département de la Nature et des Forêts doit être consulté.

Un Arbre Remarquable est-il pour autant classé ?

Non. Un AR n’est pas forcément classé. Par contre, l’inverse est vrai : un arbre classé est toujours remarquable. 

En réalité, un arbre classé est un arbre qui est repris sur une autre liste, celle des monuments et sites classés, et là, le chiffre est tout autre. S’il y a près de 25.000 AR recensés en Wallonie, il n’y a qu’une cinquantaine d’arbres classés. Leur protection relève de la Commission Royale des Monuments, Sites et Fouilles (6).

Sur la commune de Rixensart, seul un site est classé depuis 1959, celui comprenant six Charmes communs entourant la Chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours (Chemin des Deux Fermes à Rosières)(7).

Quant au Tilleul de l’Hôtel de l’Yser, certes il n’est pas classé, mais ARBORESCENCE a constaté que suivant le législateur wallon il est bel et bien remarquable, sauf si le Département de la Nature et des Forêts en décide autrement.


(1) L’officialisation vint quand, le 8 janvier 2013, un Arrêté ministériel approuva les listes communales des Arbres Remarquables. Il parut le 22 février 2013 au Moniteur belge
(2) Code de Développement Territorial (CoDT) Art R.IV, 4-7.2, entré en vigueur le 1er juin 2017
(3) Les groupes d’arbres comportant au moins un arbre conforme à ce qui précède sont également considérés comme remarquables
(4) ARBORESCENCE, S.O.S. Tilleul remarquable
(5) intérêt paysager, taille exceptionnelle, dendrologique, curiosité biologique, historique, folklorique/religieux, repère géographique; état de santé
(6) PÉRILLEUX Marianne, Il y a plus de 25 000 arbres remarquables recensés en Wallonie, in Les Ambassadeurs & RTBF La Première), 17 novembre 2017
(7) ARBORESCENCE, Six charmes communs | chemin des Deux Fermes (Rosières)


12 septembre 2019 | Notre région plus verte que jamais ?

« Planter 4000 kilomètres de haies et/ou un million d’arbres », c’est une des actions très concrètes prévues dans la nouvelle Déclaration de politique régionale du Gouvernement wallon 2019-2024 (1).

La Wallonie veut devenir une région exemplaire en matière de lutte contre le réchauffement climatique et prévoit notamment « la création de plus de 1000 ha/an de nouvelles réserves naturelles ». En effet, restaurer la biodiversité demande une action complémentaire urgente (2).

Le futur gouvernement wallon prendra également « une série de mesures visant à adapter le territoire aux effets des bouleversements climatiques, et en particulier les centres urbains et villageois (multiplication de la circulation des eaux de surface, végétalisation et plantation d’arbres, etc.), les forêts et les zones agricoles » (3).

Quant aux Arbres Remarquables, rien de neuf à l’horizon, si ce n’est que le gouvernement wallon « s’engage à préserver le patrimoine naturel exceptionnel »(4). Le Code de Développement Territorial (CoDT) reste d’application.

En ce qui concerne les ressources humaines mises en oeuvre, l’association citoyenne ARBORESCENCE a été informée du manque de personnel disponible et compétent à la cellule ‘arbres remarquables’ (Direction des Ressources forestières). Nous faisons part de notre inquiétude au futur ministre wallon en charge de l’environnement.

(1) Déclaration de politique régionale du Gouvernement wallon 2019-2024, 9 septembre 2019
(2) Déclaration de politique régionale du Gouvernement wallon 2019-2024, La nature et la biodiversité (chapitre 16, p. 81), 9 septembre 2019
(3) Déclaration de politique régionale du Gouvernement wallon 2019-2024, Le développement du territoire (chapitre 14, p. 71), 9 septembre 2019
(4) Déclaration de politique régionale du Gouvernement wallon 2019-2024, La nature et la biodiversité (chapitre 16, p. 82), 9 septembre 2019


14 juillet 2019 | Des arbres très entourés

Avenue de Montalembert palissade 7.2019 © Berna de Wilde d'Estmael1

Chantier de l’avenue de Montalembert n° 5 à Rixensart
Protection du patrimoine arboré
juillet 2019 © Berna de Wilde d’Estmael

Au 5 de l’avenue de Montalembert, le chantier de construction d’une nouvelle villa a débuté (voir Arborescence > Platane commun | avenue de Montalembert et Rétro Rixensart >  L’Héritage perdu).

L’entrepreneur a mis en place un dispositif afin d’éviter tout dégât éventuel qui pourrait être engendré lors de travaux réalisés à proximité du patrimoine arboré de la propriété. La palissade entourant ces arbres sert à éviter les frottements et les impacts et diminue donc les risques d’altérer le développement et la silhouette de ces arbres. Qui plus est, cette mesure sensibilise le personnel de chantier.


25 février 2019 | Abattage des Saules du Grand Étang à La Hulpe

La Hulpe Grand Etang 20 octobre 2018 © Alain Janssen

La Hulpe Grand Etang 20 octobre 2018 © Alain Janssen

La Hulpe n’échappe pas non plus à la frénésie de l’abattage d’arbres. Le 21 février 2019, Renaud Delfosse dénonça sur la page Facebook du Collectif des Papeteries : « Un massif boisé séparant le grand étang des nouveaux appartements de la rue François Dubois a été complètement rasé cette semaine sous ordre d’Atenor. Ce massif avait pourtant été déterminé comme devant être préservé pour des raisons de protection de quiétude de l’étang in illo tempore non suspecto lors d’un avis du Contrat de Rivière Argentine (auquel j’ai directement participé à l’époque) mais aussi pour favoriser le maillage vert permettant aux oiseaux migrateurs d’utiliser l’axe offert par la vallée, les oiseaux n’aimant pas survoler des zones dégagées ».

La réaction de la commune de La Hulpe ne s’est pas fait attendre. Nicolas Janssen, échevin de l’environnement réagit le 24 février sur sa page Facebook : « Pour information, concernant les arbres abattus du grand étang, l’éco-conseillère de la commune s’est rendue sur place vendredi à 14h, comme annoncé. Elle a pu constater que 12 saules ont été abattus. Elle a rappelé à Atenor, comme déjà fait à maintes reprises, que tout abattage à La Hulpe est soumis à une autorisation préalable du Collège communal ou de la Wallonie. La commune a initié une procédure en infraction. Le procès-verbal sera finalisé et communiqué au Collège dès demain.  D’après Atenor, ces arbres étaient « morts ou dépérissants » et présentaient une certaine dangerosité (pour rappel, un arbre est tombé en décembre 2018 sur la clôture voisine, d’autres semblaient morts et risquaient de tomber en cas d’intempérie). Pour autant, la Commune regrette cette politique du fait accompli et le non-respect des procédures. Nous nous engageons à traiter avec la plus grande fermeté cette manière d’agir. Nous exigerons que des replantations aient lieu. Le DNF en a déjà été averti. Et des réflexions sur le choix des espèces et la protection du lieu sont en cours »


20 janvier 2019 | Les arbres fruitiers, arbres de vie

A l’instar de l’Hanami, la coutume japonaise d’apprécier au début du printemps  la beauté des Cerisiers en fleurs, la communauté juive fête le Tou Bichvat, que l’on appelle aussi le ‘Nouvel An des Arbres’. Cette année, le renouveau de la nature est célébré le 20 janvier et marque en Israël la fin de l’hiver (1).

En Wallonie, les arbres fruitiers sont également considérés comme Arbres remarquables aux conditions cumulatives suivantes (2) : 

a) ils sont menés en haute-tige
b) ils appartiennent à une des variétés visée par l’arrêté du 8 septembre 2016 relatif à l’octroi de subventions pour la plantation d’une haie vive, d’un taillis linéaire, d’un verger et d’alignement d’arbres ainsi que pour l’entretien des arbres têtards (3)
c) ils font partie d’un verger comptant un minimum de quinze arbres fruitiers
d) leur tronc mesuré à cent cinquante centimètres du sol présente une circonférence de minimum cent centimètres.

A Rixensart, le Verger du sentier du Plagniau est un lieu qui se rapproche très fort de ces critères. ARBORESCENCE éditera prochainement une notice dédiée à ce verger exceptionnel dans le paysage rixensartois.

verger du plagniau sentier du plagniau rixensart 1.2019 © eric de séjournet

Verger du sentier du Plagniau à Rixensart
janvier 2019 © Eric de Séjournet


→ OBJECTIF RIXENSART | Verger du sentier du Plagniau


(1) Tou Bichvat, in Wikipedia
(2) Code de Développement Territorial (CoDT) Art IV, 4-7
(3) Arrêté ministériel exécutant l’arrêté du Gouvernement wallon du 8 septembre 2016 relatif à l’octroi de subventions pour la plantation d’une haie vive, d’un taillis linéaire, d’un verger et d’alignement d’arbres ainsi que pour l’entretien des arbres têtards.


25 novembre 2018 | Premier anniversaire

Bébé arbre remarquable
Rosières, chemin du Tilleul janvier 2014 © Eric de Séjournet

Avec le soutien de ses 177 adhérents, l’association citoyenne ARBORESCENCE réussit à sensibiliser les Rixensartois, Genvalois et Rosiérois à la protection de leur patrimoine arboré, notamment par la diffusion d’informations sur notre site :

✓  184 Arbres Remarquables illustrés et commentés
✓    28 nouveaux Arbres Remarquables identifiés, illustrés et commentés
✓    11 sujets qui ont obtenu le label d’Arbre Exceptionnel, octroyé par l’association
✓    11 sites mis en exergue sur lesquels le patrimoine arboré a reculé ou disparu 

Les nombreuses réactions sympas enregistrées tout au long de l’année confirment que le concept répond à l’attente de nos concitoyens.

ARBORESCENCE invite ses adhérents à parrainer un ou un ensemble d’Arbre(s) Remarquable(s) ou exceptionnel(s). Leur mission consiste à l’observer, l’étudier, le photographier (durant les différentes saisons). Le cas échéant, lancer l’alerte …

ARBORESCENCE vous fera découvrir de nouveaux Arbres Remarquables. Parlez-en autour de vous, protégez les arbres avec nous.




15 septembre 2018 | Un Arbre Remarquable maltraité au Lac de Genval

Platane commun site 16:1 avenue du Lac 15.9.2018 © Myriam Deglume 3

Platane commun | avenue du Lac n° 6 (Genval)
15 septembre 2018 © Myriam Deglume

Les pelleteuses sont en action, à l’avenue du Lac n° 6 à Genval, où Martin’s Hotels construit un syndicat d’initiative et un clubhouse pour le tennis, ainsi qu’un ponton. On y a charrié dans le terrain et tout autour des arbres, des tas de terre amenée, du terrain de tennis qui est complètement ratissé. Cela ressemble à un champ de mine … Qui plus est, il n’y a aucun périmètre de sécurité, ni aucune protection autour du Platane commun, Arbre Remarquable (Site 16/1).

Durant l’été 2018, nous nous étions renseignés auprès du Service Urbanisme de la Commune de Rixensart. Le Platane commun, qui domine la rive sud-ouest du Lac de Genval, est préservé.

Aujourd’hui, ARBORESCENCE constate que les recommandations (1) émises par la Direction Générale de l’Aménagement du territoire et de la Direction générale des Ressources naturelles et de l’Environnement ne sont pas respectées par le propriétaire. En effet, pour d’éviter les dégâts à cet Arbre Remarquable, il faut notamment pendant les travaux :

✓ prévoir un périmètre de protection de l’arbre.

✓ proscrire tout dépôt de matériaux, même provisoire, sur le périmètre des racines.

✓ éviter les coups sur le tronc et l’arrachage des branches que pourraient provoquer les bras et pelles d’engins mécaniques

✓ éviter toute pollution du sol par des matériaux ou produits nocifs. A entreposer hors des périmètres sensibles.

✓ ne pas modifier le relief du sol (remblai ou déblai) sous la couronne de l’arbre.

ARBORESCENCE a introduit une réclamation auprès de la Direction Nature et Forêts, et en a informé le Service Environnement de la Commune de Rixensart, ainsi que le PCDN.


(1) WALLONIE, Préserver les arbres (dépliant de la Direction Générale de l’Aménagement du territoire et de la Direction générale des Ressources naturelles et de l’Environnement)



31 août 2018 | Les arbres du Bois des Charmettes mieux protégés

Villa Les Charmettes 8.2018 © Eric de Séjournet 1 copie (1)

Bois communal des Charmettes à Genval
photo 31 août 2018 © Eric de Séjournet

A l’instar du Parc communal de Rixensart, la Commune de Rixensart a confié la gestion du bois communal des Charmettes au Département de la Nature et des Forêts (DNF) du cantonnement de Nivelles (SPW Environnement).

Le DNF y mettra son expertise au service d’une gestion pérenne de cet espace vert apprécié de tous, précise le site communal. Dans ce cadre-là, une expertise des arbres du bois communal des Charmettes sera réalisée prochainement afin d’établir un état sécuritaire et sanitaire du patrimoine arboré. La commune annonce également un futur plan de gestion simplifié de ce parc.

Bois communal des Charmettes 8.2018 montage © Eric de Séjourent

Bois communal des Charmettes à Genval
PHOTOGRAPHIES
31 août 2018 © Eric de Séjournet



11 août 2018 | Fortes chaleurs : la pelade du Platane

Platane commun avenue du Lac 8.2018 © Myriam Deglume 0

La pelade du Platane de l’avenue du Lac à Genval
août 2018 © Myriam Deglume

Chaque année, les Platanes renouvellent leur écorce. Lors d’un été très chaud, cette mue s’accélère lors d’une sécheresse. C’est ce qu’a constaté la marraine du Platane, Arbre Remarquable situé avenue du Lac à Genval (site AR 1).

En fait, les anciennes écorces sèches des platanes se détachent et tombent, explique Frédéric Ségur (1). On appelle cela la desquamation de l’écorce. Le phénomène est tout à fait normal, et répond à la nécessité pour l’arbre d’adapter progressivement son écorce à la croissance en circonférence du tronc (2).

Platane commun avenue du Lac 8.2018 © Myriam Deglume 2

La pelade du Platane de l’avenue du Lac à Genval
août 2018 © Myriam Deglume

Voir également le reportage de Canal Zoom ‘Nos arbres en danger : depuis 1976 les sècheresses s’accentuent’ (rencontre avec Hugues Claessens, professeur en sylviculture et en écologie forestière à Gembloux Agro-Bio Tech). Diffusion le 8 août 2018 sur YouTube.


(1) Monsieur Arbres de la Ville de Lyon
(2) BALLET Nicolas, Pourquoi les platanes perdent autant d’écorces cet été ? in Le Progrès, 5 août 2015



24 juillet 2018 | Le courant passe bien entre la Commune et le DNF

La Commune de Rixensart a annoncé qu’à partir du 1er août 2018 le Département de la Nature et des Forêts (DNF) du cantonnement de Nivelles (SPW Environnement) sera chargé de la gestion du bois communal de Rixensart. Son expertise dans le domaine assure la garantie d’une gestion pérenne de cet espace vert apprécié de tous. Dans ce cadre-là, une expertise des arbres du bois et du parc communal sera réalisée dans le courant du mois d’août afin d’établir un état sécuritaire et sanitaire du peuplement précis. Les instances communales et le PCDN seront associés à la réalisation du futur plan de gestion simplifié de ce parc.

ARBORESCENCE se réjouit de cette avancée dans la gestion de notre patrimoine arboré.

Une réflexion sur “COMMUNIQUÉS”

Les commentaires sont fermés.